> un projet santé intégré au projet de formation

Un projet santé intégré au projet de formation des étudiants

A l’Ecole normale catholique du Brabant wallon à Louvain-la-Neuve

 

L’équipe santé de l’Ecole normale de Louvain-la-Neuve a mis en action ce qu’elle a appelé des chantiers. Le chantier des rythmes, le chantier des tensions, le chantier du regard sur soi, de l’autre sur soi, du groupe sur soi. Mais aussi un corps en pleine forme, l’accès à l’information, à l’aide individuelle. L’option fondamentale qui est prise est d’intégrer les actions spécifiques du projet santé dans le projet de formation des étudiants.

En vue d'une meilleure organisation de la formation
En vue d'un développement professionnel (l'étudiant comme futur enseignant)
En vue d'un développement personnel (l'étudiant comme jeune adulte)

Cette option fondamentale permet d’éviter le caractère ponctuel d’actions ou de campagnes en santé. Elle permet de concerner un grand nombre d’enseignants et tous les étudiants. Le projet santé est régulièrement mis à l’ordre du jour des différentes instances de l’école : Conseils pédagogiques, Conseils d’enseignants, Conseils de classes.

L’organisation du Point santé dans l’école vient renforcer cette dynamique.

Interview de Monique Coppé, Directrice de l'Ecole normale catholique du Brabant wallon à Louvain la Neuve

 

Au niveau d’une meilleure organisation de la formation des étudiants

Le souci de la santé des étudiants devient progressivement un des paramètres à partir du quel des décisions sont prises quant à l’organisation de la formation. L’école veut donner aux étudiants les conditions de travail qui leur permettent de gérer  leur formation, leur temps, leur fatigue, leur stress.

Bien sûr, les enseignants avaient déjà conscience des difficultés des étudiants. Mais à partir de la réflexion en santé de l’école, ils en ont tenu compte plus clairement.

Il s’agit ici sans doute d’un apport majeur de la dynamique en santé instaurée dans l’école.

Concrètement :

  • Une nouvelle gestion du calendrier annuel propose des phases de travail mieux équilibrées. Ce calendrier veille à alterner des moments d’études intensifs avec, par exemple, des moments de stage d’observation, de travail en ateliers.
  • Pour répondre aux difficultés qu’expriment les étudiants face aux stages, à leur évaluation et au stress que cela engendre, les enseignants ont réactivé des ateliers de développement personnel. Ces ateliers sont des outils concrets qui permettent aux étudiants de se sentir bien en tant que futur enseignant dans une classe. Avec la réforme des programmes, ces pratiques avaient dû être  abandonnées. Les projets santé ont fait prendre conscience qu’il fallait les réactiver.
Le jury didactique est un moment clé de la formation, source de beaucoup de stress pour les étudiants. Les enseignants se sont demandés que faire afin que les étudiants puissent être plus à l’aise pour appréhender ces objectifs. Ils ont retravaillé le guide d’évaluation des stages afin de clarifier les attentes et les communiquer plus clairement. Il faut que les étudiants sachent ce que l’on attend d’eux et que les enseignants leur donnent les moyens d’atteindre les objectifs fixés.

Interview de Bénédicte Rasson, professeur de psychopédagogie à l'ENCBW

-> Retour au menu

 

Au niveau d’un développement professionnel

Les étudiants sont de futurs enseignants. L’école normale, dans la mouvance du projet santé, essaie de les outiller en tant que futurs professionnels se préoccupant notamment de la santé des enfants ou des jeunes qu’ils auront en charge comme instituteur ou régent. Cela se traduit par des actions concrètes qui ont été mises en place dans le cadre du projet santé.

  • Pour les futurs régents, le stage interdisciplinaire en école secondaire a pris pour thème la santé.
  • Pour les futurs instituteurs, le stage d’immersion (voir encadré ci-dessous) des étudiants de 1ière année porte sur le thème de la santé. Il est parrainé par les étudiants de 3ième année et est articulé au cours d’éducation pour la santé.
  • Pour les futurs instituteurs, organisation d’un cours d’éducation à la santé.
  • Dans le cadre du module « Citoyenneté et neutralité », les étudiants pouvaient opter pour un projet sur la santé.
  • Pour les étudiants de 3ième régendat, organisation de deux journées d’études et d’ateliers sur les thèmes des conduites à risques. Le programme (pdf)
  • Etc.

-> Retour au menu

 

Au niveau d’un développement personnel

 

L’analyse des besoins a mis en évidence la fatigue et le stress des étudiants, leur besoin d’activités physiques, leur besoin d’information, voire d’aide en matière de santé.  Le projet santé s’est décliné dans des actions, projets, séminaires, semaines santé, toujours intégrés au projet de formation des étudiants.

  • Autour du premier blocus : une semaine d’activités organisées en module afin de mieux appréhender le blocus en santé. A côté d’ateliers méthodologiques (synthétiser, mémoriser, apprendre avec la gestion mentale) et institutionnels (règlements, consignes), organisation de modules de détente (TAIJI QUAN, sophrologie) et de modes de vie (atelier alimentation et vivre son premier blocus).
  • Journée sportive.
  • Installation d’un espace détente réservé aux étudiants.
  • En troisième année : ateliers autour des questions projet personnel et projet professionnel. Les étudiants s’interrogent sur leur projet d’avenir. Des études menées auprès des étudiants de l’UCL montrent que ces interrogations sont parfois source de stress. L’école a remis sur pied tout un travail avec les étudiants autour de leur projet personnel et professionnel. PDF
  • Etc.

-> Retour au menu