> La participation des étudiants

La participation des étudiants

 

Associer les étudiants
Recommandations... à discuter

 

 

Associer les étudiants

 

La promotion de la santé nécessite la participation effective et concrète du public au diagnostic, à la fixation des priorités et à l’élaboration de stratégies d’action sans quoi, il y a un risque de désintéressement, voire d’effets contre-productifs sur la cible. Ce principe a guidé les acteurs de la recherche-action à différents niveaux du processus. Ce public cible, les étudiants, a la particularité d’être mouvant, il change en bonne partie chaque année. Les étudiants eux-mêmes sont vulnérables parce qu’ils n’ont pas forcément l’habitude de faire entendre leur voix, de négocier ; parce qu’ils se sentent envahis par le travail, etc. Il est important, dès lors, pour la solidité du projet, d’avoir toujours le souci de donner une place réelle aux étudiants au cœur des différentes phases du processus.

Côté diagnostic, les étudiants ont été associés aux différents processus d’enquête qualitative et quantitative de sorte qu’ils puissent déterminer eux-mêmes leurs problématiques de santé, leurs besoins, leurs attentes. Mais il est nécessaire de ne pas les cantonner à une phase de diagnostic afin de les associer à toutes les phases du processus.

Les étudiants ont été présents dans les équipes santé, selon des modalités différentes : soit comme délégués de cours, soit comme personne ayant un intérêt personnel ou scolaire pour le sujet de la santé. C’est un lieu déterminant de la participation étudiante puisque c’est l’équipe santé qui, tout au long du processus, a proposé les orientations.

La participation des étudiants a été également sollicitée pour la présentation des résultats des enquêtes et du pré-projet. Cette phase est importante puisqu’elle détermine les priorités et les stratégies d’action. Une énergie importante a été consacrée pour que les délégués de chaque classe puissent prendre connaissance de ces résultats, les discuter, soit entre eux, soit avec les étudiants de leur cours et pour qu’ils puissent faire part de ces réactions à l’équipe santé ou lors de conseils pédagogiques.

Arrivés au niveau de la mise en œuvre concrète des actions, dans la mesure du possible, les étudiants ont été régulièrement associés. Des étudiants stagiaires ont pris en charge la réalisation de certaines actions, comme par exemple le Point d’information santé de l’Institut Cardijn. Des étudiants ont été sollicités comme « témoins » dans les ateliers du blocus. Des étudiants sont à l’origine de l’organisation de petits-déjeuners conviviaux et en santé. Le Cercle étudiant de l’Institut Cardijn s’est associé à l’équipe santé pour une vente de sandwichs de qualité. Les étudiants de l’Ecole normale de Louvain-la-neuve sont invités, dans le cadre de leurs cours, à organiser un stage sur un thème de santé, ou un projet santé dans le cadre des projets citoyens. Etc.

Les occasions de participation sont fréquentes. Mais cette participation varie en dents de scie et reste une vraie préoccupation de cette recherche-action. Les étudiants ont une durée de vie de trois ans ! A peine sensibilisés, ils sont déjà diplômés ! L’enjeu consiste dès lors pour les adultes permanents à laisser ouverte la table de la participation, à susciter l’intérêt et l’initiative des étudiants, à les soutenir, sans se substituer à eux, à rester fidèles aux besoins exprimés lors de l’analyse des besoins, tout en étant attentifs à l’évolution de ces besoins.

-> Retour au menu

Recommandations... à discuter

Avoir le souci d’associer les étudiants aux différentes phases du processus : dans l’analyse des besoins, en les intégrant dans l’équipe santé, dans le choix des actions, dans la communication, en soutenant toute initiative étudiante.

Interview de Monique Coppé , Directrice de l'ENCBW Louvain-la-Neuve

-> Retour au menu