> L'enquête quantitative

 

L'enquête quantitative auprès des étudiants

 

Le questionnaire individuel auto-administré représente le bon outil pour obtenir des informations auprès d’un grand nombre d’étudiants -les destinataires des projets .Cette enquête quantitative a été menée auprès d’échantillons représentatifs des étudiants des trois écoles supérieures.

 

Les objectifs de l'enquête quantitative
Le questionnaire
Le mode d'administration

L'échantillonnage
Le dépouillement et l'analyse
Les résultats
Consulter d'autres données
Communiquer les résultats

 

Les objectifs

Deux hypothèses ont été énoncées à la suite de l’enquête qualitative :

  • Il existe des problématiques de santé spécifiques aux jeunes adultes étudiants
  • Ces problématiques de santé peuvent être abordées, traitées, voire résolues par les différents acteurs  (étudiants, enseignants, direction, personnel technique et administratif, professionnel de la santé,…).

Recueillir des informations auprès du public cible, les étudiants.

En partant de ces hypothèses, il s’agissait cette fois d’appréhender les points de vue des étudiants sur leur propre santé,

  • déterminer les problématiques de santé spécifiques
  • répertorier les besoins  en matière de santé
  • répertorier les pistes d’action pour améliorer la santé à l’école.

Et ainsi valider, ou non, des informations recueillies lors des interviews individuelles.

L’enquête devait apporter notamment leurs perceptions sur des problématiques de santé spécifiques, relevées lors des interviews individuelles : stress, fatigue, solitude, alimentation, les responsabilités ... Allaient-ils pointer les mêmes items ?

Leurs choix orienteraient le contenu des projets, les priorités, les stratégies et les pistes d’actions concrètes.

Mettre les questions de santé à l’ordre du jour des étudiants de l’école.

Comme dans tout processus d’enquête, l’enquête elle-même, au-delà du fait qu’elle permet une récolte d’informations, interpelle la personne interrogée et l’invite à une réflexion personnelle sur les sujets traités. De plus, au-delà de l’individu, un bénéfice collectif peut être tiré lors des discussions informelles qui s’en suivent et lors de la diffusion des résultats. C’était aussi un des objectifs de ce processus d’enquête.

-> Retour au menu

 

Le questionnaire

Sur base des informations récoltées lors des interviews individuelles, un premier questionnaire a été élaboré et ensuite discuté avec le Centre Local Promotion de la Santé (CLPS) du Brabant wallon.

Une écriture collective

Le travail accompli avec le CLPS a permis de préciser les questions, de les simplifier ou de les rendre plus claires afin d’éviter les nuances d’interprétation. Le nombre de questions ouvertes a été limité pour simplifier le dépouillement. Des questions fermées à choix multiples ou à choix unique mais avec gradation. (Très bon, bon …). ont été retravaillées pour trouver la formulation la plus juste. Il fallait aussi tenir compte du contexte dans lequel les questionnaires seraient distribués : au sein des cours,  dans un timing serré. Répondre à l’ensemble des questions ne devrait pas prendre plus d’une dizaine de minutes.

Une deuxième mouture a été relue et commentée tant par le comité d’accompagnement que par les équipes santé des trois écoles. Un travail collectif qui a enrichi considérablement le premier « jet ».

26 questions

En final, cela a abouti à un questionnaire de 26 questions,

  • Les six premières questions constituent le bloc d’identification : sexe, année d’étude et de naissance, la section (primaire, régendat …) et le mode de vie (en famille, en kot …).
  • Un ensemble de questions a trait à la perception par les étudiants de leur état de santé et des déterminants de cet état.
  • Une autre partie est consacrée à faire apparaître quelles sont leurs difficultés spécifiques et les aides souhaitées en matière de santé, disponibles ou non.
  • Un bloc de questions concerne le besoin d’informations santé.
  • Ensuite, quelques zooms portent sur des problématiques particulièrement marquantes lors de l’enquête qualitative : le stress, la fatigue, l’alimentation.
  • En final, le questionnaire demande à l’étudiant si l’école doit être porteuse d’actions en santé et si oui, de les préciser. Une question porte sur la participation éventuelle de l’étudiant  à ce type de projet. Une trentaine de suggestions d’actions sont testées en finale. Elles ont été rédigées à partir des résultats des enquêtes par interviews.

Le questionnaire en PDF

Un test

Le questionnaire a été testé auprès d’un groupe de 10 étudiants de l’ENCBW- LLN. Il ne faut pas négliger cette phase afin de vérifier la faisabilité, la compréhension des questions et les possibilités d’exploitation lors de l’encodage.

Après la réalisation du test, certaines questions ont été clarifiées ou simplifiées.

-> Retour au menu

 

Le mode d’administration

Le mode de diffusion de l’enquête a été soigneusement préparé en équipe santé.

Afin qu’un maximum d’étudiants participent à l’enquête, il a été décidé que les formulaires seraient distribués au début ou à la fin d’un cours obligatoire et durant la même semaine. Il fallait donc veiller à obtenir l’accord des professeurs et à bien prévenir les étudiants.

Dans chaque établissement, les étudiants de toutes les années et de chaque section ou option ont été interrogés.

A Nivelles, étant donné la population moins importante, le questionnaire a pu être remis à pratiquement tous les étudiants, c’est-à-dire aux étudiants présents lors d’un cours obligatoire.

A l’Ecole normale de LLN et à l’Institut Cardijn, seul l’échantillonnage nécessaire à été questionné. Cependant, avec le recul, il apparaît qu’une large diffusion est préférable. Cela permet, comme expliqué ci-dessus, d’interpeller tous les étudiants sur les questions de santé, de poursuivre le processus de sensibilisation et de les informer sur le projet en cours. Même si seulement un certain nombre de questionnaires échantillonnés seront finalement dépouillés.

Il est apparu également qu’il aurait sans doute été intéressant de signaler aux étudiants qu’il n’était pas obligatoire de répondre au questionnaire. Cela donnerait une première information sur l’intérêt porté par les étudiants aux questions de santé. Le taux de participation a été très important et les étudiants ont presque tous rempli correctement et complètement le questionnaire. Parfois dans une certaine animation et échanges entre les répondants. L’administration de l’enquête a été assumée de façon différente d’une école à l’autre : par un membre d’Univers santé, par la stagiaire AS, par un professeur ou même par la direction qui se chargeait d’introduire l’enquête et dans le calme !

La procédure prenait environ 20 minutes, en comptant le message d’introduction, la distribution et la récolte des formulaires.

Trucs et ficelles pour l'administration du questionnaire

-> Retour au menu

 

L’échantillonnage

L’échantillon des questionnaires à dépouiller doit être représentatif de la population c’est-à-dire qu’il doit rendre une image en réduction de celle-ci. Il faut donc construire l’échantillon de manière à ce que les diverses caractéristiques des individus à interroger s’y trouvent dans les mêmes proportions. Par exemple : sexe, section, année d’étude.

Si on veut étudier des sous-groupes, les sous-groupes doivent comporter au moins 30 personnes. Dans le cadre de l’enquête, ce sont des sous-groupes par année d’étude et par section qui ont été constitués. Au préalable, un recensement précis a été réalisé : nombre total de filles et garçons pour chaque école, nombre total de garçons et filles par année, par section ou par option.

exemple d'échantillon à l'institut Cardijn (PDF)

 

Dépouiller et analyser

D’emblée, nous avons opté pour une solution la plus simple possible pour le dépouillement des questionnaires. Ceux-ci ont été encodés et traités sur base du logiciel Excel. Les raisons qui ont motivé ce choix sont les suivantes. De très nombreux utilisateurs d’informatique disposent et connaissent les fonctions de base de ce logiciel. Il était dès lors possible d’encoder les résultats sur différents postes de travail. D’autre part, nous avons utilisé les ressources internes des écoles en sollicitant l’aide du professeur d’informatique et de statistique de l’Institut Cardijn dans le cadre de ses missions de service à la société. Cette supervision professionnelle s’est avérée indispensable pour cette phase du processus.

Interview de Michèle Boinnard

Quatre étapes ont été nécessaires au dépouillement et à l’analyse des résultats.

  • Créer le tableau de base pour l’encodage. Cette étape a nécessité une négociation étroite avec le professeur d’informatique afin de se mettre d’accord dès le début sur le type de tableaux croisés dont nous avions besoin en final. Ce tableur a été conçu de manière à automatiser un maximum les tâches d’encodage.
  • Encoder les questionnaires sélectionnés selon l’échantillonnage nécessaire. Trois écoles : trois solutions. Dans un cas, l’encodage a été effectué par l’étudiante en stage sur ce projet, dans une deuxième école, l’encodage a été effectué par un étudiant engagé dans le cadre d’un job d’étudiant. Dans le troisième cas, c’est une secrétaire qui a effectué l’encodage. Dans les trois cas, il a été nécessaire de procéder à un contrôle de qualité de l’encodage après une vingtaine de questionnaires. En moyenne deux journées d’encodage ont été nécessaires par école.
  • Publier les tableaux croisés. Ici, c’est à nouveau le professeur d’informatique qui a mis ses compétences au service du projet afin de publier les tableaux de résultats, croisés selon les variables que nous avions sélectionnées. Il faut noter que les promoteurs de la recherche-action ont été associés et initiés à cette étape afin de pouvoir, selon les besoins des écoles, publier des tableaux croisés avec d’autres variables.
  • Analyser ces tableaux bruts. Les premières analyses et premiers commentaires ont été effectués par les promoteurs de la recherche-action. Ils ont été enrichis par les équipes santé  de chaque école qui ont pris connaissance des ces résultats. Les commentaires ont été publiés et communiqués selon des modalités exposées ci-après.

-> Retour au menu

 

Les résultats

Les résultats de cette enquête quantitative ont largement été commentés par les équipes santé des trois école et ont constitué, en complément de l’enquête par interview,  le socle de réflexion en vue de l’établissement d’un projet santé pour l’école.

Les problématiques de santé qui préoccupent les étudiants

Les grandes tendances de ces trois enquêtes

Réactions et analyses du Dr Magali Stévenot

L'intégralité des résultats des enquêtes menées dans les trois écoles (+/_4Mb) :

- ENCBW Louvain-la-Neuve (PDF)

- ENCBW Nivelles (PDF)

- Institut Cardijn de Louvain-la-Neuve (PDF)

-> Retour au menu

Consulter d’autres données

Initialement, la recherche action prévoyait une enquête sur base de sources existantes internes à l’école. Des certificats médicaux, des rapports de réunion sur projets santé, les projets pédagogiques des écoles, les projets des Comités pour la prévention et la protection du travail (CPPT). La consultation des certificats médicaux n’a pas permis de déceler des informations utiles. Le motif de l’absence n’est pas spécifié et toute absence pour raison de santé n’est pas justifiée par un certificat médical. Nous avons abandonné l’idée de cette investigation.

Par ailleurs, il existe peu de traces écrites à propos de projets santé menés précédemment. Ceux-ci nous ont été évoqués lors des interviews qualitatives.

Les Comités de prévention du travail concernent le cadre de travail des professionnels (enseignants, personnel administratif, technique) et donc indirectement celui des étudiants. De nombreuses mesures sont prises pour assurer davantage de sécurité et le bien-être. Un contact avec cette équipe semble pertinent. Dans les trois écoles supérieures, des membres de l’équipe santé étaient également membres du CPPT. Cela semble positif, même si dans le cadre de la recherche action, cela n’a pas abouti immédiatement à des collaborations .Il est prévu que les projets santé des écoles seront présentés au CPPT des Hautes Ecoles concernées afin d’établir des synergies entre les questions de santé et le bien-être des étudiants et des professionnels.

-> Retour au menu

La communication des résultats

La communication des résultats des enquêtes qualitatives et quantitatives apparaît essentielle dans le processus d’implantation de la promotion de la santé. Un des objectifs de ces enquêtes consiste à mettre les questions de santé à l’ordre du jour des étudiants et de l’école. La communication des résultats contribue parfaitement à cet objectif essentiel, d’autant qu’il ne s’agit pas uniquement de communiquer, mais également de faire réagir aux résultats afin d’alimenter la réflexion de l’équipe santé.

Des idées pour communiquer les résultats

Des réactions aux résultats de l'enquête

Photos des panneaux de Cardijn

Qu'est-ce qui s'est fait à l'Institut Cardijn ?

Qu'est-ce qui s'est fait à l'Ecole Normale de Louvain-la-Neuve ?

-> Retour au menu